De la crise nucléaire à l’affaire Renault, une semaine d’industrie

Après. La centrale de Fukushima Daiichi.

Le 02 avril 2011 par Morgane Remy

Le Japon reste cette semaine au cœur de l’attention. Mais l’activité industrielle a aussi été marquée par la déclaration de François Fillon qui souhaite « encourager la convergence » entre l’industrie allemande et celle française. Parallèlement, l’affaire Renault apporte chaque semaine son rebondissement.

Fil rouge

Fukushima Daiichi est devenu le dernier symbole d’une crise nucléaire mais aussi d’une crise DU nucléaire. Sur le site, la situation est encore instable. Chaque jour, chaque semaine, depuis le 11 mars, les communiqués des autorités viennent ajouter à l’incertitude. On retiendra encore de ces derniers jours, le flou entretenu par les points réguliers de Tepco. Après avoir reconnu des erreurs sur le taux de radioactivité en début de semaine, l’opérateur de la centrale de Fukushima dévoilait par exemple que la nappe phréatique bat tous les records en termes de radioactivité. Un chaud et froid régulier.

Sur le plan économique, le reste du monde regarde les exportations japonaises d’un œil inquiet. Face aux risques d’irradiation des produits made in Japan,  aéroports et ports tentent de mettre en place des procédures de contrôles. Des contrôles qui se durcissent surtout dans l’alimentaire

Si l’industrie de l’énergie du Japon a de fortes chances de s’en remettre, on pressent déjà un avant et un après Fukushima dans le secteur de l’atome, à l’échelle mondiale. En visite au Japon jeudi, le Président de la République, Nicolas Sarkozy, prône que la question soit abordée dans le cadre du G20. Tandis qu’en France, le débat commence à se focaliser sur l’avenir de l’EPR de Flamanville. L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) souhaite tirer les leçons de cette crise qui a prouvé qu’une succession de catastrophes qui n’était pas assez prise en compte.

Lundi 28 mars

La Commission européenne présente un plan ambitieux pour les transports de demain dans un livre blanc avec des objectifs à l’horizon 2050. Les propositions de Bruxelles visent notamment à supprimer les véhicules à essence dans les villes, augmenter la part de carburant durable dans l’aviation, et réduire les émissions du transport maritime. Deux représentants du rail et des routiers ont livré à cette occasion leur point de vue à l’Usine Nouvelle.

Pour lutter contre la catastrophe de Fukushima, les responsables de Tepco acceptent l’aide des groupes français. Areva, EDF et le CEA vont proposer de l’aide. Une première vague de matériel français est arrivée sur place le 22 mars. Des groupes électrogènes, des pompes et des camions fournis par Areva et l’Etat français ont été acheminés dans un avion affrété pour l’occasion.

Mardi 29 mars

Le parti socialiste demande au gouvernement d’agir contre l’augmentation du prix de l’essence. La guerre en Libye tend à faire monter le cours du baril de pétrole brut, et avec les prix à la pompe. Plusieurs pays européens prennent déjà des mesures pour limiter l’impact sur les consommateurs finaux.

Mercredi 30 mars

François Fillon appelle à plus de coordination économique entre la France et l’Allemagne. Dans une interview accordée à l’Usine Nouvelle et au magazine allemand WirtschaftsWoche, le Premier ministre dit vouloir « encourager la convergence » sans pour autant « renoncer à son identité ». Sur un sujet plus franco-français, il affirme que « le contexte actuel de reprise de l’inflation ne se prête absolument pas à une hausse de la TVA ». C’était pourtant une recommandation de la Cour des Comptes.

Jeudi 31 mars

Airbus remporte une bataille juridique. La plainte européenne, déposée le 6 octobre 2004, accusant les Etats-Unis de subventionner illégalement Boeing vient d’être avalisée. L’organisation mondiale du commerce donne raison à l’Union européenne. Pour autant, l’OMC demande le retrait de « seulement 2,7 milliards de dollars » d’aides illégales.

Sur le plan social, l’Usine Nouvelle s’arrête sur la profession d’ouvrier, avec un exemple par l’image. Dans un reportage photo de Dominique Delpoux, sur Cofrablack, des hommes témoignent sur leurs conditions de travail.

Vendredi 1er avril

Encore un rebondissement dans l’affaire Renault. Michel Luc, le facturier, clame son innocence et accuse le constructeur automobile. Mis en examen mercredi pour escroquerie en bande organisée le 30 mars, il se défend : « Dans cette affaire, moi aussi j’ai été manipulé ». Il explique dans une interview au Parisien la façon dont il a délivré de fausses factures à Renault pour le compte de Dominique Gevrey, le Monsieur sécurité du groupe.

Cette semaine se terminera sur une situation tendue en Côte d’Ivoire, en proie depuis quatre mois à une crise présidentielle. Les forces d’Alassane Ouatara, nouveau président reconnu par la communauté internationale, progressent en quelques heures seulement dans les rues d’Abidjan. Tandis que le président sortant, Laurent Gbagbo, tente encore de faire face, les habitants de la région restent dans l’expectative. Les expatriés français tentent de s’adapter à ce qu’ils appellent « une économie de guerre« .

Publicités
Cet article a été publié dans écologie, économie, finance. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s