La direction du PCF préfère Mélenchon pour 2012

Les communistes ont jusqu’à la conférence nationale des 4 et 5 juin pour discuter de la candidature du Front de gauche à la présidentielle, décision qui sera validée par un vote des militants mi-juin.

Adoubé. Jean-Luc Mélenchon n’est plus très loin de l’investiture du Front de gauche pour la présidentielle. Déjà désigné pour porter les couleurs de l’alliance en 2012 par sa formation, le Parti de gauche, et Gauche unitaire, les ex-NPA de Christian Picquet, il reçoit, ce vendredi matin, le soutien de la direction du PCF.

«Je pense que la candidature de Jean-Luc Mélenchon peut être envisagée par notre parti dans le cadre d’un accord d’ensemble avec nos partenaires», annonce, sans surprise, à ses troupes réunies en conseil national aujourd’hui et samedi, Pierre Laurent, dans un rapport que l’AFP s’est procuré. Le deal que le PCF devrait passer avec Mélenchon porte sur les investitures – qui devront être très favorables aux communistes – aux législatives de 2012, et sur la garantie d’une campagne présidentielle vraiment collective avec des porte-parole communistes. Il s’agit de «garantir le respect d’engagements collectifs à la hauteur des enjeux», «la diversité de notre rassemblement et la place de notre parti» notamment dans l’accord pour les législatives, prévoit Pierre Laurent.

«Le débat doit se poursuivre»

S’il voit une candidature Mélenchon comme «la plus susceptible de permettre [au Front de gauche] de franchir un cap dans [ses] objectifs», le secrétaire national du PCF exprime là son «opinion». «Le débat doit se poursuivre en examinant jusqu’au bout les possibilités, en écoutant les arguments échangés, pour enrichir la mise en pratique de la décision qui sera prise par la majorité», propose-t-il: les communistes auront jusqu’à la conférence nationale des 4 et 5 juin pour discuter de cette candidature, décision qui sera ensuite validée par un vote des militants mi-juin.

L’autre candidat déclaré à l’investiture du Front de gauche, André Chassaigne, a d’ores et déjà assuré qu’il ne se présenterait pas devant les militants si Mélenchon était choisi par la conférence nationale dans un «vrai processus démocratique».

Il faut remonter à 1974 quand les communistes avaient soutenu François Mitterrand et le «programme commun», pour trouver une présidentielle sans candidat PCF.

(Source AFP)

Publicités
Cet article, publié dans Politique, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s