UPP fiscalité: l’acte I des Etats généraux de la révolution fiscale

SR_et_Oli

Du premier plan vers le fond : Olivier Ferrand de Terra Nova, Ségolène Royal et Thomas Piketty hier soir à La Bellevilloise, à Paris

 UPP fiscalité – Ségolène Royal: « Ce soir je considère que c’est l’acte I des Etats généraux de la révolution fiscale, nous devons aller partout sur le territoire pour être prêts en 2012! »

Ségolène Royal participait hier avec Thomas Piketty à l’UPP sur la fiscalité à La Bellevilloise, dans le 20ème arrondissement de Paris, de 19h30 à 21h30. Les débats étaient animés par Renaud Dély, directeur délégué de la rédaction du Nouvel Observateur, qui remplaçait Laurent Joffrin au pied levé, et par Olivier Ferrand, président de la Fondation Terra Nova.

La salle de La Bellevilloise était pleine à craquer, chauffée à blanc au sens propre comme au sens figuré, et la presse était très présente, TF1, France 2, La Chaîne Parlementaire (LCP), Canal +/ Le Petit Journal notamment.

Pendant deux heures, Ségolène Royal et Thomas Piketty, ainsi que les deux animateurs, ont captivé la salle sur un thème qui est bien vite passé de la fiscalité à la révolution fiscale à appliquer « quand nous serons aux responsabilités », en 2012, comme l’a dit Ségolène Royal.

L’impôt sur le revenu a longuement été abordé, mais aussi la fiscalité écologique et la taxe carbone, point de clivage entre la candidate aux primaires et le professeur de l’Ecole d’Economie de Paris, soutien de la candidate de 2007. La TVA « sociale », monstruosité sémantique, a également  été abordée, l’impôt sur les sociétés effleuré.

Mais sans aucun doute, une des grandes surprises, très applaudie, de la soirée, a été l’annonce par Ségolène Royal, au bout d’une heure et demi de débats puis d’échanges avec la salle, du lancement dès maintenant des « Etats généraux de la révolution fiscale », après plusieurs messes basses et sourires complices échangés entre elle et son voisin de gauche, Olivier Ferrand, le président de Terra Nova.

Ségolène Royal

@RoyalSegoleneSégolène Royal
J’ai proposé l’organisation d’Etats généraux de la révolution fiscale pour une égale contribution capital-travail. Trés applaudie.

 

Olivier Ferrand et Renaud Dély, du Nouvel Observateur, ont répondu favorablement, sans que les modalités précises soient esquissées ; Ségolène Royal a annoncé la démultiplication des réunions du type de celle de La Bellevilloise au niveau des comités locaux de Désirs d’avenir, avec l’appui autant que possible de Thomas Piketty ; la réunion de La Bellevilloise devenant à ses yeux « l’acte I des Etats généraux de la révolution fiscale » : « nous devons aller partout sur le territoire pour être prêts en 2012 ! »

Ségolène Royal

@RoyalSegoleneSégolène Royal
J’ai fait une seconde proposition lors de ce débat : inscrire dans la Constitution la préservation des ressources de la Sécurité sociale.

 

Frédérick Moulin

NB : suite à un incident technique temporaire, les photos prises par MEAGSR hier soir n’ont pas été accessibles cette nuit ; ce problème devrait être résolue avant la nuit prochaine, et les illustrations de l’article seront mises à jour.

-oOo-

Retranscription des débats sur les Etats généraux de la révolution fiscale par MEAGSR/F.M.

Ségolène Royal : tout a été très bien dit, d’ailleurs j’en profite une nouvelle fois pour souligner le travail remarquable de Thomas Piketty depuis des années, non mais c’est vrai, on avait déjà travaillé ensemble (Applaudissements) en 2007. Plus, plus le site [http://www.revolution-fiscale.fr/, NdlR], hein, c’est vrai que c’est très intéressant cette démarche participative, nous à Désirs d’avenir on y est particulièrement sensibles. Et c’est vrai qu’en écoutant tout cela, on va prendre d’autres questions, rassurez vous.

Je me disais, en aparté d’ailleurs avec mon voisin, de Terra Nova, c’est-à-dire que l’idée quand même, puisqu’il y a quand même une base commune très solide entre les propositions que fait Thomas Piketty et les propositions du Parti socialiste comme on l’avait à l’instant, il reste un travail de conviction, de mobilisation des Français, et d’affinement, on l’a bien vu, sur un certain nombre de points, il ne s’agit pas bien évidemment de faire des débats interminables, mais de passer à l’action dès 2012 quand nous serons aux responsabilités.

Et je me demandais, compte tenu du succès du débat de ce soir, co-organisé par Terra Nova – Le Nouvel Observateur auxquels s’est joint Désirs d’avenir, si nous ne pourrions pas lancer maintenant finalement ces Etats généraux de la révolution fiscale dès maintenant, pour associer les Français dès maintenant dans cette dynamique associative, pour que nous puissions clarifier un certain nombre de choses (Applaudissements, « Bravo ! »), je ne sais pas, qu’est-ce que vous en pensez ?

Olivier Ferrand : oui je trouve que c’est une excellente idée puisque le débat fiscal, Thomas le disait, est compliqué, est parfois confisqué, et donc le démocratiser, et permettre aux Français de se l’approprier dans une phase d’accroche de l’élection présidentielle serait une bonne chose. On organise avec Le Nouvel Observateur le 17 et le 18 juin prochain à Strasbourg quelque chose qui pourrait… enfin, qui s’appelle « 100 idées pour la France », qui ne porte pas que sur la fiscalité, mais qui traite de manière participative, puisqu’on fera venir aussi des personnalités pas connues sur appel à propositions, qui auront déposé leurs idées sur un site participatif sur Internet, ce genre d’événement peut tout à fait servir à faire la réception d’Etats généraux spécialisés sur la fiscalité.

Renaud Dély : bien sûr, ce prochain rendez-vous avec « 100 idées pour la France » les 17 et 18 juin à Strasbourg est ouvert, au-delà d’ailleurs des candidatures de X, Y ou Z, et au-delà-même du cadre du Parti socialiste. L’idée est d’aboutir, qu’il s’agisse du Nouvel Observateur ou de Terra Nova, à des propositions qui portent sur des valeurs qui nous sont communes, qui visent à faire fonctionner, justement, le pacte social et l’égalité républicaine dans ce pays. Donc au-delà, effectivement, de compétitions internes au Parti socialiste, de toute façon, la révolution fiscale est évidemment un thème déterminant de ces rencontres, ce thème-là en fera vraiment partie, bien sûr.

Ségolène Royal : en tout cas, au sein de Désirs d’avenir, parce que c’est vrai que vous avez peut-être une obligation d’équilibre, en tout cas, moi ce que je vous propose au sein de Désirs d’avenir, c’est que nous puissions lancer, dans tous les départements, avec nos correspondants locaux, des réunions, et on va solliciter Thomas Piketty, qui ne pourra pas aller partout, mais dans le plus grand nombre d’endroits possibles, pour démultiplier les réunions comme celles-ci, parce que ce soir, je considère que c’est l’acte I des Etats généraux de la révolution fiscale, (Tonnerre d’applaudissements) et que nous devons aller partout sur le territoire pour être prêts en 2012 !

Publicités
Cet article, publié dans Fiscalité, Ségolène Royal, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s