BCE/Fed : le risque d’erreur n’a jamais été aussi élevé

(Easybourse.com) Dans cet environnement des plus brouillé, le risque d’erreur de politique économique et monétaire des grandes banques centrales, en particulier de la Fed et de la BCE n’a jamais été aussi aïgu.

«Nous sommes dans une situation de conduite des politiques monétaire massivement atypique. Ce qui n’est pas surprenant si l’on garde à l’esprit que l’on a connu une des pires crises financières de la période d’après guerre. Des outils que l’on n’avait jamais testés par le passé et dont on ne mesure pas les impacts ont été utilisés» constate Dominique Barbet, Responsable de la recherche économique de marché chez BNP Paribas.

«Nous n’avons jamais été dans un environnement aussi complexe. Des forces contradictoires s’entrechoquent» renchérit Etienne Gorgeon, directeur de la gestion taux et crédit au sein de Edmond de Rothschild Investment Managers.

Les banques centrales sont face à un casse tête très compliqué à résoudre. Y a-t-il intérêt à laisser filer l’inflation au risque de créer des problèmes plus tard ? Est-il préférable d’appréhender cette inflation en amont en augmentant les taux ? Dans ce cas n’y a-t-il pas un risque de casser la croissance convalescente ?

«Il est intéressant de considérer que la période que nous vivons en ce moment est très similaire à celle de 1937. Nous avions à l’époque une reprise naissante, une forte inflation du fait d’un afflux massif d’or aux Etats-Unis, un processus de remontée des taux activé par la Fed, et la volonté affichée du président américain, le président Roosevelt de réduire les déficits» remarque Etienne Gorgeon.

Compte tenu de ces forces contradictoires en présence, nous devrions faire face à des périodes de tâtonnement. «On a piloté et on continue de piloter à vue. Il y a alors un fort risque de faire sortir la voiture de la route. Tous les pilotes n’ont d’ailleurs pas la même manière d’aborder la zone de turbulence. La BCE essaie d’avoir un comportement le plus habituel possible dans un contexte non habituel. La Fed a, quant à elle, une conduite radicalement différente d’une conduite normale, dont elle ne maîtrise pas les effets» met

Le quantitative easing désigne des mesures de politique monétaire non conventionnelles consistant le plus souvent en un rachat massif de titres de dette permettant une injection abondante de liquidités

alors en garde Dominique Barbet.

«Si un troisième processus de quantitative easing n’est pas envisageable à l’heure actuelle, et qu’il faut s’attendre de part et d’autre de l’Atlantique à une normalisation des politiques monétaires, nous pourrions très bien avoir des ajustements ponctuels en fonction des circonstances. Il n’y aura pas d’hésitation si on sent qu’il y a un vrai problème structurel».


Un positionnement des gérants compliqué

Face à ce risque d’erreur, devant ce tâtonnement, la tache des gérants, en particulier des gérants de taux, sera des plus ardues. «La gestion tactique aura vocation à être confondue avec la gestion stratégique. Il sera très difficile, si ce n’est impossible de rester ancré sur une position. Le tir devra être ajusté en permanence» signale Etienne Gorgeon.
Ce dernier ajoute «pour le moment, nous sommes acheteurs sur les obligations américaines et vendeurs sur les obligations allemandes. Nous sommes en position d’aplatissement sur le reste de l’Europe. Mais tout cela peut très vite évoluer».

A en croire le responsable d’Edrim, le marché obligataire devrait rester chahuté encore un temps et peut être même que cette volatilité va aller en s’accentuant.

Cependant, Dominique Barbet tient à nuancer cette hypothèse. «En l’absence de visibilité, tout le monde est tenté d’avoir un comportement prudent. Les gestions benchmarkées ont tendance à s’aligner sur leur benchmark. Pour les autres, un profil prudent, autrement dit défensif est adopté. Je pense que les gérants éviteront de se fier à la moindre brise et attendront de savoir dans quel sens le vent va vraiment souffler avant d’agir».

Imen Hazgui

Publié le 20 Mai 2011

Publicités
Cet article, publié dans économie, international, Politique, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s