Face à la sécheresse, la FNSEA appelle l’État à l’aide

Hayat Gazzane
28/05/11


Crédits photo : © Regis Duvignau / Reuters/REUTERS

 

Le premier syndicat agricole demande une aide financière tout en excluant la création d’un impôt comme en ce fut le cas en 1976. La situation devient préoccupante alors que 54 départements sont désormais concernés par des mesures de restrictions d’eau.

La Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) lance une appel au secours au gouvernement. Alors que la sécheressesévit en France, le syndicat agricole demande à l’État d’apporter une trésorerie aux agriculteurs pour les aider à faire face à la pénurie d’herbe censée nourrir leurs bêtes. La production de fourrage, que l’on ramasse en ce moment pour faire des provisions pour l’hiver, a chuté entre 50 et 60%, a indiqué Xavier Beulin, patron de la FNSEA. «Les éleveurs ne pourront pas attendre le 16 octobre pour toucher par anticipation des aides européennes, comme on le leur a promis», a souligné le responsable syndical.Malgré l’ «urgence», «il est hors de question pour nous de réclamer un impôt sécheresse comme en 1976», a toutefois affirmé Xavier Beulin, patron de la FNSEA. Cette solution, qui avait été adoptée par Jacques Chirac, alors premier ministre, aurait contribué à ternir l’image des agriculteurs. «Cet impôt a été mal compris. On nous le ressert régulièrement», déplore Xavier Beulin. Sa mise en place en ce printemps 2011 a de toute façon été écartée par le ministre de l’Agriculture, Bruno Le Maire, qui affirme qu’une telle mesure n’est pas de son ressort et par la ministre de l’Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet qui estime qu’il est encore «trop tôt» pour l’envisager.

Engagement de l’États auprès des banques

Pour faire face à la situation, la FNSEA souhaiterait en revanche que l’État s’engage auprès des banques pour l’octroi de prêts à taux zéro qui permettront aux éleveurs de faire la jonction jusqu’à la mi-octobre. «Ce n’est pas demander l’aumone», insiste Xavier Beulin. Selon lui, il s’agit seulement de préfinancer dès juin l’équivalent des aides communautaires promises pour la mi-octobre qui s’élèvent à 710 millions d’euros.

Cette aide anticipée devrait permettre aux producteurs d’arrêter l’ «envoi massif» de bêtes à l’abattoir, dont le nombre a doublé, voire triplé ces derniers jours. Le syndicat explique ainsi vouloir lutter contre un autre effet pervers de cette sécheresse : la chute des prix de la viande par excès d’offre qui entraîne une nouvelle baisse des revenus des agriculteurs qui ne peuvent pas répercuter sur leur prix de vente l’augmentation de l’alimentation animale.

La FNSEA souhaite par également rencontrer Guillaume Pepy, président de la SNCF, pour discuter de l’acheminement de paille et de fourrage dans les semaines à venir.


54 départements sous restriction

Les mesures de restrictions sur l’usage de l’eau s’étendent en France. Sur son site internet, le ministère de l’Écologie annonce que 54 départements métropolitains sur 96 sont désormais concernés contre 42 il y a une semaine. Vingt-et-un sont classés en niveau 3, c’est-à-dire concernés par les mesures les plus fortes et quatre autres sont placés en situation de vigilance. Seuls l’extrémité de la Bretagne, la frange Est du pays, le Massif central et les rivages méditerranéens échappent pour le moment aux mesures de restriction.

Les restrictions d’eau limitent les usages jugés non prioritaires pour les particuliers comme l’arrosage, le lavage de voitures ou le remplissage des piscines, et peuvent aussi encadrer l’irrigation agricole.

Le gouvernement a par ailleurs annoncé la création d’une «cellule de veille» sur l’approvisionnement en électricité, alors que la sécheresse a fait chuter la production des barrages et menace celle des centrales nucléaires. Une nouvelle réunion du «comité sécheresse», rassemblant usagers de l’eau (agriculteurs, industriels), élus et experts (Météo France, Bureau de recherche géologiques et minières) doit se réunir au plus tard à la mi-juin.

LIRE AUSSI:

» Sécheresse : les agriculteurs ne peuvent plus s’assurer

» Sécheresse : des agriculteurs s’opposent aux restrictions

» INFO À LA DEMANDE : L’impact de la sécheresse en France

Publicités
Cet article a été publié dans Agriculture, écologie, économie, Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s