Le Portugal se prépare à de nouveaux sacrifices

Par Anne Cheyvialle
02/06/2011 | Mise à jour : 19:37

José Socrates (à gauche), le premier ministre socialiste et candidat à sa propre succession, face à Pedro Passos Coelho (à droite), le leader de l'opposition de centre-droit, lors d'un débat télévisé, le 20 mai.
José Socrates (à gauche), le premier ministre socialiste et candidat à sa propre succession, face à Pedro Passos Coelho (à droite), le leader de l’opposition de centre-droit, lors d’un débat télévisé, le 20 mai.Crédits photo : Armando Franca/AP

 

INFOGRAPHIE – La nouvelle majorité, qui sortira des urnes dimanche, devra mettre en œuvre le plan d’économie FMI-UE.

Hasard de calendrier. La troïka FMI-UE-BCE a choisi la dernière semaine de la campagne électorale pour entamer à Lisbonne sa mission d’évaluation. Quel que soit le résultat, dimanche, de ces législatives anticipées, le prochain gouvernement sait d’ores et déjà qu’il bénéficiera d’une marge de manœuvre très limitée. Donné gagnant selon les derniers sondages, le leader de l’opposition, Pedro Passos Coelho (PSD-centre droit), devra appliquer au plus vite le programme de rigueur imposé par la troïka, en échange d’un plan d’aide de 78 milliards d’euros.


Cliquez sur l’image pour agrandir l’infographie.

Candidat à sa propre succession, le premier ministre socialiste, José Socrates, s’était résolu, en avril dernier et après des semaines de résistance, à imiter la Grèce et l’Irlande. Négocié dans l’urgence, l’accord a déjà permis au Portugal de recevoir 12,6 milliards d’euros afin de rembourser quelque 7 milliards de dettes et intérêts arrivant à échéance mi-juin.

Défendant un programme libéral, axé sur les privatisations et une baisse des cotisations patronales pour soutenir l’emploi, Passos Coelho agite depuis quelques jours le fantôme de «la tragédie grecque» qui pourrait toucher le pays si rien n’est fait. Le programme du FMI est un cocktail entre mesures d’économie – coupes dans les aides sociales, gel des salaires et pensions, suppression d’exemptions fiscales et privatisations – et réformes structurelles, sur le marché du travail pour le rendre plus flexible, la justice, l’éducation…

Deux ans de récession

L’objectif affiché est de réduire le déficit de 9,1 % du PIB, en 2010, à 5,9 % cette année et 3 % d’ici à 2013. Une cure bien trop forte et trop rapide, dénoncent les syndicats, qui va aggraver encore la précarité. Ces derniers plaident donc pour un report à 2016, voire 2017, de l’échéance fixée pour un retour des déficits à 3 %. «Il y a déjà 700 000 chômeurs dans le pays. Regardez la Grèce, on voit bien que le plan ne marche pas, la dette, le chômage, les inégalités ne cessent de monter», critique Arménio Carlos, délégué du principal syndicat, la CGTP.

Si le cas grec revient sans cesse dans les conversations, les experts soulignent les différences. «Contrairement à la Grèce, il y a un consensus politique sur l’accord FMI-UE et la contestation sociale est très pacifique», explique Luis Campos e Cunha. Ce professeur d’économie fut aussi, très brièvement en 2005, ministre des Finances du gouvernement Socrates, qu’il tient responsable de la situation. «En septembre 2009, pendant la campagne, José Socrates annonçait 5,9 % de déficit. En janvier, le chiffre officiel est tombé à 10,1 % et en avril 2010, le Portugal subissait une première sanction de S & P. On aurait pu encore éviter le plan à ce moment-là si des mesures d’économie avaient été prises», dénonce l’ancien ministre.

D’autres défendent les vertus de l’aide internationale qui va remettre le pays sur les rails de la croissance. «Les réformes vont permettre de libérer le potentiel productif. Les exportations vont jouer un rôle clé. Nous devons miser sur le dynamisme des émergents, du Brésil mais aussi de l’Angola», explique Mira Amaral, président de la banque BIC. En attendant, les Portugais se préparent à de nouveaux sacrifices et à deux années de récession.

Publicités
Cet article a été publié dans économie, finance, international, union européenne. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s